Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une chanson d'amour...

Publié le par Calypsos Poets

Bad Girls Art Print by Steve K

Comme une sensation qui glisse sur nos peaux

La chanson s'imprègne de ces doux prénoms

Qu'ils commencent par une voyelle ou une consonne

Ils résonnent , ils fredonnent en farandoles...

Un jour , une semaine, une année ou une éternité

Ils s'ancrent au plus profond  de la mémoire du touché

En rythme , en cadence  ou dans un simple refrain

Ils sont le saint Graal qui se glisse dans nos seins..

 

"Chante ces émotions qui te submergent

Aimes , embrasses du bout des lèvres ce texte

Murmure tendrement ces mots d'amour

Écoute cette mélodie dans les bruits sourds"

 

Gouttes chaque instants , chaque moments de ces phrases

En Laissant pénétrer en toi, la douceur de l'extase

Bois , manges chaque lettres de noblesse

Et laisse la mélodie glissée avec délicatesse .

En bougeant, lentement ou en remuant les reins

Elles sont l'élixir qui tendrement t'offre des câlins.

 

"Chante ces émotions qui te submergent

Aimes , embrasses du bout des lèvres ce texte

Murmure tendrement ces mots d'amour

Écoute cette mélodie dans les bruits sourds"

 

Écoute ce corps à corps et la lenteur du requiem

Quand il pénètre lentement dans l'acte suprême

En Plongeant nos yeux dans le bleu des mots

Une douceur ultime aux frôlements des maux

Jouant ainsi sur l'expression de la langue

Dans un vibrato ruisselant , un crescendo puissant.

 

 "Chante ces émotions qui te submergent

Aimes , embrasses du bout des lèvres ce texte

Murmure tendrement ces mots d'amour

Écoute cette mélodie dans les bruits sourds"

© Calypso Poets
Tous droits réservés

1805-00002-64025-4962

Voir les commentaires

Ange vs Démon...

Publié le par Calypsos Poets

Photo: oshua Suda hyperrealistic

Toi , l'idiote qui a tout connu, est ce que tu aurais su?

Que même aimer n'était que haine et blessure

Toi , la pigeonne au cœur pur, est ce que tu aurais su?

Que l'ange que tu avais devant toi n'était qu'un monstre

Perdu.

 

Toi , oui toi au bout de la rue, au moins le savais tu?

Que ce qui parait n'est pas, et que personne ne se met à nu

Toi , la conne sans rancune, au moins le savais tu?

Que la gueule aimante devant toi , n'étais qu'une succube

 

"Tu aurais donné ton âme pour pouvoir être aimée,

Dans un moment d'égarement , un moment d'affinité  

Laissant cette soif empruntée les chemins de l'espoir

Suivant le même but ....mais hélas fatal...."

 

Tu t'es faite avoir, tu as tout donner, malgré les mots d'un soir

L'amour allait te berné, faisant partie d'un acte bien pensé

Pendant que devant toi , la comédie était préparer...

Tu t'es faite dupée ,tu as tout perdu ,ta volonté et même ta vue.

 

Toi , celle qui ne voyait pas la méchanceté , est ce que tu aurais su?

Qu'on ne t'aimais pas , et que tu glissais sur une pente bossue

Toi, le tas de merde , est ce que tu aurais su?

Qu'une fois servie , on t'aurais ignoré et mise au rebus

 

"Tu aurais donné ton âme pour pouvoir être aimée,

Dans un moment d' égarement , un moment d'affinité  

Laissant cette soif empruntée les chemins de l'espoir

Suivant le même but ....mais hélas fatal...."

 

Tu t'es brisée les ailes dans une histoire éphémère

Alors que tu étais convaincue , que c'était un amour pur

Tu t'es brulée les plumes dans un conte bien pensé

En te faisant avoir, un peu, beaucoup et pas à moitié

 

Tu étais l'astre de la nuit ... Tu étais l'astre du jour

Un visage d'ange au crachin de vipère et aux dents de loup

Tu étais l'espérance, tu étais alors un tout

Un monstre sans saveur, Un monstre sans gout

 

"Tu aurais donné ton âme pour pouvoir être aimée,

Dans un moment d'égarement , un moment d'affinité  

Laissant cette soif empruntée les chemins de l'espoir

Suivant le même but ....mais hélas fatal...."

© Calypso Poets
Tous droits réservés

1805-00002-63889-9902

Voir les commentaires

Se Sent Elle...

Publié le par Calypsos Poets


Dreams of Young Girls', David Hamilton

De cette âme torturée , de cette âme frivole

De cet aura aux couleurs folles

Tel le poète décrivant , les profondeurs du désirs

De ce tourment que l'on nomme plaisir...

 

- Se sent elle capable de pouvoir aimer

Comme un ange aux ailes froissées

Se sent elle capable de pouvoir consoler

De ces vers incessants  aux accroches blessées

 

Aux entraves du corps et des regrets

Les frissons la traversant d'un baiser frêle

Mots indélébiles et de l'oubli funeste

Triste sensation qui dans l'air reste

 

- Se sent elle capable de pouvoir manquer

Comme un ange déployant ses ailes écorchées

Se sent elle capable de pouvoir cajoler

De ces vers incessants  à l'encre marquée.

 

Encore en gardant la foi, l'espérance et le nom

Elle , l'âme brisée aux allures de la passion

Errant dans les rues , errant sur la terre

Gouttant l'absence du plaisir de la chaire

 

- Se sent elle capable de pouvoir désirer

Comme un ange aux ailes brisées

Se sent elle capable de pouvoir mériter

Le verbe  conjuguer qu'est "Aimer".

 

© Calypso Poets
Tous droits réservés

1805-00002-63868-8304

Voir les commentaires